Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musique

  • 15 janvier

    Quand la musique nous unit, alors que d'autres se déchirent, je pense qu'il y a un espoir. Quand la musique nous séduit, que l'artiste on admire, je crois qu'il y a un espoir. Quand les mains se tendent amies, que se dessinent des sourires, j'ai vraiment envie d'y croire. Quand ils crient tous "Stand by me!", qu'à l'unisson ils délirent, je sais bien qu'on doit y croire !





  • 5 janvier

    C'est un petit prénom de rien du tout, comme une onomatopée murmurée en catimini, comme un petit mot d'amour glissé dans le creux d'une épaule, comme le cri d'une enfant qui éclate de rire, comme un ballon qui s'envole vers le ciel : Lili.

    Je me souviens avoir chanté ce prénom il y a fort longtemps, sur quelques scènes de France et d'Allemagne, ma guitare au corps et ma rage au coeur. À l'époque, c'est la version de Pierre Perret qui me faisait crier. "On la trouvait plutôt jolie, Lili, Elle arrivait de Somalie, Lili, Dans un bateau plein d'émigrés Qui venaient tous de leur plein gré Chercher du boulot à Paris..."

    Depuis, la guitare s'est assoupie, avec le guitariste... Mais 2008 a aussi eu du bon, puisqu'il m'a fait retrouver avec force ce prénom, par l'intermédiaire d'un film qui m'a pas mal secoué, Je vais bien ne t'en fait pas... Ici, c'est le groupe AaRON qui interprète Lili, dans un album au titre... curieux. J'adore passer ce morceau entre mer et terre, entre bureau et tango, pour changer d'univers.


    podcast


    Titre : U-Turn (Lili)
    Auteur/Compositeur : AaRON
    Interprète : Simon BURET
    Album : Artificial Animals Riding On Neverland





  • 4 janvier

    Ils ont bravé le froid vénéneux qui parcourt le plateau au pas de charge pour, me dit-on, célébrer la tradition... D'heures en heures, les tambours tapageurs de la Jeunesse de Saint-Oyens ont chassé le père fouettard ou les vapeurs d'alcool, pourtant derniers souvenirs chaleureux - sur nos fesses ou dans nos coeurs - de l'année qui s'achève. Avec le dernier défilé de nos cadets (de bien des années), c'est le petit nouvel an qui fuit vers les contreforts du Jura et l'épaisse forêt qui l'engloutira jusqu'à la Saint Sylvestre prochaine.

    Cette fois, deux mille huit est bien mort... Aleluia !

    Comme la marée qui va et vient, ainsi vont les années, houle qui nous pousse vers notre inéluctable destin. La marée, disiez-vous. Cela me fait penser à "La marée haute", titre de Lhasa, errante latine au coeur lourd et au mot chaleureux.


    podcast


    La marée haute
    Auteurs : LHASA De Sela & Riad MALEK
    Compositeur : LHASA De Sela
    Interprète : LHASA De Sela
    Album : The living road

  • 2 janvier

    Puisque l'an neuf se dessine en musique, sans que cela ne soit le fruit d'un choix délibéré, autant laisser libre cours à cet élan... La musique n'adoucit-elle pas les moeurs ?

    Alors, pour commencer l'année avec un bon tango... voici l'un de mes préférés : La Bordona.


    podcast


    La Bordona (Tango)
    Musique : Emilio Balcarce
    Interprète: Juan José Mosalini
    Traduction : Le bourdon (corde la plus grave d'un instrument - de la guitare par exemple)



  • 1er janvier 2009

    red_image.jpg




    Pour commencer l'année, que je souhaite excellente à tous, avec punch et une bonne énergie, je vous conseille d'écouter Rodrigo et Gabriela. Encore la guitare ? Oui, avec une rythmique d'enfer !