Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 27 octobre

    La maison est bien vide, poussières de silence, la maison est bien grande, fragments de ton absence. La nuit est bien trop longue, nuages de fragrance, encore un jour sans fin à l'infinie béance...

     

  • 17 octobre (bis)

    Incrédule, il observe l’écran plat devant lui. Il attendait pourtant ce message, il en rêvait même la nuit. Combien de nuits, d’ailleurs ? Combien de fois, à quatre heures du matin, s’était-il déjà retrouvé, imbécile, dans sa cuisine, à tourner en rond et à broyer du noir yeux grand ouverts ?

    Mais aujourd’hui, le cauchemar l’a rattrapé. Juste un message sur ce maudit ordinateur ! Pas un mot, pas un chef pour le recevoir, pas un geste. Où sont-ils les chefs, d’ailleurs ? Derrière d’autres écrans ou, comme lui, à tourner en rond dans leurs cuisines, lorsque les démons du silence deviennent trop lourds à affronter ? Plutôt derrière des claviers sans doute, à distribuer leurs messages dévastateurs…

    D’un geste sec, en un sursaut, il appuie sur la touche « Effacer ». Le message disparaît. Un autre s’affiche. Un client le remercie pour sa disponibilité et sa gentillesse. Il éclate en sanglots. Heureusement, il est venu tôt, pour faire face à la charge de travail toujours plus lourde, aux trajets toujours plus longs. Il n’aura pas en plus à subir la honte de craquer devant les collègues.

    Soudain trop las pour se battre, il explore la corbeille de sa messagerie. Il replace le message, qui lui annonce sa mutation d’office dans un autre bureau à six cents kilomètres de là, dans la boîte d’entrée. C’est la troisième restructuration, le troisième déménagement en vingt mois.

    Alors qu’il baisse la tête et que ses épaules s’affaissent encore un peu plus, ses yeux tombent sur une touche du clavier : « Echappement ». Il jette un coup d’œil à la photo de son ex-femme et de ses enfants, perdus au cours de ces mutations successives. Il se lève, quitte son module de travail, traverse la plateforme de bureaux paysagers.

    Ouvre la fenêtre.

    Saute.

    France Télécom – ou devrais-je dire Orange, avec un petit accent anglais pour montrer que je suis branché ? – France Télécom, disais-je, non contente d’avoir brisé une famille, viens d’envoyer son vingt-cinquième employé à la mort.

    D’un simple message de trois lignes sur un écran d’ordinateur.

  • 17 octobre

    mainFTO.jpg

    Incrédule, il observe l’écran plat devant lui. Il attendait pourtant ce message, il en rêvait même la nuit. Combien de nuits, d’ailleurs ? Combien de fois, à quatre heures du matin, s’était-il déjà retrouvé, imbécile, dans sa cuisine, à tourner en rond et à broyer du noir yeux grand ouverts ?

    Mais aujourd’hui, le cauchemar l’a rattrapé. Juste un message sur ce maudit ordinateur ! Pas un mot, pas un chef pour le recevoir, pas un geste. Où sont-ils les chefs, d’ailleurs ? Derrière d’autres écrans ou, comme lui, à tourner en rond dans leurs cuisines, lorsque les démons du silence deviennent trop lourds à affronter ? Plutôt derrière des claviers sans doute, à distribuer leurs messages dévastateurs…

    D’un geste sec, en un sursaut, il appuie sur la touche « Effacer ». Le message disparaît. Un autre s’affiche. Un client le remercie pour sa disponibilité et sa gentillesse. Il éclate en sanglots. Heureusement, il est venu tôt, pour faire face à la charge de travail toujours plus lourde, aux trajets toujours plus longs. Il n’aura pas en plus à subir la honte de craquer devant les collègues.

    Soudain trop las pour se battre, il explore la corbeille de sa messagerie. Il replace le message, qui lui annonce sa mutation d’office dans un autre bureau à six cents kilomètres de là, dans la boîte d’entrée. C’est la troisième restructuration, le troisième déménagement en vingt mois.

    Alors qu’il baisse la tête et que ses épaules s’affaissent encore un peu plus, ses yeux tombent sur une touche du clavier : « Echappement ». Il jette un coup d’œil à la photo de son ex-femme et de ses enfants, perdus au cours de ces mutations successives. Il se lève, quitte son module de travail, traverse la plateforme de bureaux paysagers.

    Ouvre la fenêtre.

    Saute.

    France Télécom – ou devrais-je dire Orange, avec un petit accent anglais pour montrer que je suis branché ? – France Télécom, disais-je, non contente d’avoir brisé une famille, viens d’envoyer son vingt-cinquième employé à la mort.

    D’un simple message de trois lignes sur un écran d’ordinateur.

  • 13 octobre

    Léman.JPG

    Voici le vent coulis qui notre peau lacère, qui chasse les oiseaux vers d'autres hémisphères, qui ocre les feuillages des forêts alentours et du profond hiver annonce le retour…

    Voici la bise noire qui fauche le plateau, qui couche les cyprès et poursuit les troupeaux, qui pose sur les routes un long manteau brillant et des milliers d’étoiles crochées au firmament…

    Voici le Joran fou qui dévale l’alpage, qui pousse les voiliers bien trop loin du rivage, qui creuse sur le lac des rides torturées, et les marins transis soudain de menacer…

    Voici venues du nord des bourrasques glacées, qui frappent ma demeure, font frémir le clocher, qui hurlent dans ma tête à la faire exploser, je n’aime pas le vent, lorsqu’il se veut mauvais…

     

    Image Franck Cortot

  • 10 octobre

    Photo 207.jpg

    Je pose mon épaule sur un coin de silence, heureux enfin, hier, s’est achevée la danse, des riches, des puissants, des rois de la finance…

    Je souffle lentement pour écouter mon cœur, sa chamade s’apaise pour mon plus grand bonheur, une dernière abeille se pose sur une fleur…

    Mon pas est encore lent, la semaine fut dense, et je suis bien plus las qu’au temps de mon enfance, quand je courais serein dans ce doux coin de France que vous avez connu le temps de vos vacances…

    Mais après le boulot vient enfin le loisir, et ce weekend est signe du plus grand des plaisirs, un repas entre amis, des clins d’œil des sourires, la Brune dans mes bras, tango pour la séduire !

  • Adios Mercedes...

    MercedesSosa01.jpg

    Une voix qui s'essouffle, une voix qui s'éteint, une dame s'en va et disparaît au loin. Elle emporte avec elle, dans un long cri amer, l'Alphonsine rebelle qui a fui vers la mer...

    KroniK

    PS - Je pense aussi à ceux qui ont perdus des êtres chers, à toi Lucy, à toi Gaël...

  • Gentleman danseur...

     

    Photo 386.jpg

    C'est le plus grand des danseurs,

    Oui et c'est un gentleman,

    Il s'empare de vos coeurs,

    Sans vous menacer d'une arme...

    Bon anniversaire, Roger !