Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 28 juin

    Je laisse ma Brune et la douceur de ses mots, je laisse ma Brune et ses petits bateaux pour rechercher du sens, une vie de sagesse, alors que tout m'invite à vivre de paresse...

  • 22 juin

    Pain.jpg

    Je n'ai plus de pain, non que cela m'exaspère et me fasse craindre un instant la faim. Mais lorsque vient le soir de la fin de semaine j'aime à répandre ces quignons au jardin. Ils me garantissent plusieurs jours de visite d'une foule bigarrée : jeune renard aux oreilles trop grandes, ou volée de moineaux agités et piaillants, corneilles, pies, corbeaux et leurs cris éraillés et lorsque vient la nuit, hérisson égaré...

  • 20 juin

    L'été s'annonce, le jour est long, le bourg est calme, sauf les bourdons... Ils virevoltent de fleur en fleur, patauds, fragiles, le corps en coeur. la Brune dort, sommeil léger. A pas de loup à ses côtés, je vous écris à mots comptés ce cours message, nos amitiés...

  • 12 juin

    Je scrute sans relâche l'océan sidéral pour y trouver enfin les vertus cardinales mais je ne trouve rien qu'un message sans flamme, une étoile alanguie, un vieux soleil en panne.

    Je me tourne vers toi et au fond de tes yeux je vois ce que je cherche... que demander de mieux !

  • 9 juin

    raquette_tennis.JPG

    Le demi-dieu humain a vaincu dans l'arène le signe du destin sur les bords de la Seine. De la brique pilée il marque son visage, de la postérité il fait son paysage. Nous observons émus sa grande humanité : dans la gloire suprême, notre homme a bien pleuré !

  • 4 juin

    Nous voilà penchés ce soir à l'étude, une vent de philosophie balaie la maison, nous avons compris qu'il n'y a plus de certitudes, et cela nous donne un peu des frissons.

  • 2 juin 2009

    On me dit : "Sois prêt à affronter la mort. Sois prêt à quitter ce monde." J'observe autour de moi et sais que chaque instant peut être cet instant. Mais toi... que tu me laisses là, bras ballants âme ouverte, comment m'y préparer ? Cela, je ne sais pas...