Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 28 mai

    Au clocher neuf heures sonnent, il ne reste que deux ou trois insectes qui bourdonnent, dans le village qui peu à peu s'abandonne, à la tiédeur de la nuit je fredonne...

  • 27 mai

    Je pense à ceux qui las, voient la nuit en blessure, ceux que le sommeil fuit, que ces heures torturent. Je pense à leur pas lourd et aux mornes matins à l'orée de ces nuits de tristesse et chagrin...

  • 26 mai

    pie9.jpg

    De retour à Genève par un soir de canicule j'ai du mal à trouver le sommeil. Au matin une ondée passagère fait fredonner la terre et cache le soleil. La pie vagabonde entre les laurelles et chercher pitance, mom esprit se joint à elle et poursuit son errance.

     

  • 22 mai

    IMG00030.jpg

    En arrivant là-bas, je suivis le rivage d'un lac qui me montrait de multiples visages. Le ciel se reflétait sur une eau apaisée au sortir de l'hiver et la fin des ondées. Un château s'élevait du haut d'une falaise, le soleil se noyait dans un envol de braises. Sur une île de roc, une église tranquille lançait au firmament son image immobile...

     

  • 21 mai

    Je découvre un pays par-delà les montagnes, à deux pas de Venise, un joyau bien caché. La mer vient caresser le sable et les campagnes, Brdo me tend les bras, m'accueille d'un baiser...

  • 20 mai

    Le soleil de retour sur les monts et les vaux, la campagne radieuse de ce pays de Vaud, rechauffent mon corps las après moult nuits blanches, à danser dans leurs bras, à étreindre leurs hanches...

  • 9 mai

    50-84.jpg

    Ma Brune contemple le jour avec un oeil nouveau, est-ce là le printemps, qui justifie sa fougue ? On pensait que l'automne de sa vie approchait. Erreur ! C'est un été qui sourit Chez KroniK... Une énergie studieuse, qui emplit le logis.

  • 8 mai

    pas-japonais.jpg

     

    Alors que ceux qui un jour se déchirèrent s'accordent en ce 8 mai une journée de repos, j'aime ce pas japonais qui, sous son allure carrée, montre tout l'humanisme de son créateur : le jardinier n'empoisonne pas l'herbe qui pousse entre les dalles... ni le promeneur dont le pied quitterait la pierre pour goûter à la terre !