Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Visite au musée (5)

    Pourquoi 27 téléviseurs ? Mario le flic ne pouvait se débarrasser de ce qu’il considérait comme un paradoxe, une énigme. Le format standard de la télévision dans les années soixante était 4/3. En multipliant les écrans, cela devrait donner 3 lignes de 4 télévisions, ou 6 lignes de 8, ce qui donnait soir 12, soit 48 téléviseurs, pas 27.

    Même les formats modernes, en 16/9 par exemple, étaient impossibles à répliquer avec 27 appareils. Avec 27 appareils, le seul schéma possible était 3 lignes de 9 téléviseurs ou 9 lignes de 3 téléviseurs… à moins que l’on ne fasse 3 blocs de 3 x 3 téléviseurs.
    Bien sûr ! Puisque chaque téléviseur était au bon format, il fallait utiliser des blocs avec autant de lignes que de téléviseurs par ligne ! Il se sentait mieux… quoiqu’un peu déçu d’avoir laissé sur le Moleskine autant de calculs erronés. Néanmoins, il s’interdit d’arracher la page du calepin noir.

    Car il y avait inscrit en grandes lettres capitales :

    MAYERLAND


    Il fut tiré de ses calculs et de sa réflexion sur l’artiste vidéaste disparu par le bruit du fax. Sans attendre, il se leva pour récupérer le dossier relatif à son assassinat, qui arrivait de Paris, page après page.

    Miracle de la technologie dont disposait le commissariat du Bourg-de-Four, les pages sortaient si lentement de l’appareil que Mario avait le temps de les lire une à une. Lorsqu’il se rassit, il avait lu le dossier complet.

    Et il avait noté un élément important à ses yeux, même si l’enquête de police avait conclu à un crime passionnel : quatre mois avant sa mort, René Mayerland avait été entendu comme témoin dans un affaire de braquage. Il avait assisté à l’attaque d’une succursale bancaire près de la Madeleine, à Paris, en pleine séance de tournage avec son équipe technique.

    Son équipe technique ? Qu’étaient devenues les vidéos ? Rien dans le dossier ne le mentionnait…

    Il devait bien en exister des copies quelque part. Il se leva de nouveau, des idées plein la tête.

    - Haeggli ! Passe dans mon bureau, j’ai un boulot pour toi.

    Il laissa la porte ouverte, en attendant l’arrivée de son collègue.

    (à suivre)

  • Visite au musée (4)

    - Ainsi, il n’y aurait pas eu un mais plusieurs vols ? C’est passionnant. Je vous écoute…

    Elle avait tiqué lorsqu’il avait dit qu’il trouvait ces vols passionnants mais une certaine impatience, probablement liée au stress de ses fonctions, la poussa à ignorer cette remarque et à aller droit au but.

    Lorsque le vol du tableau fut constaté, expliqua-t-elle, toute l’attention se porta sur la salle du musée de laquelle il avait été subtilisé. Vérification des traces éventuelles laissées par les visiteurs indélicats, contrôle des autres œuvres, e tutti quanti. Ensuite, les gardiens avaient effectué une ronde spécifique afin de s’assurer qu’aucun autre objet n’avait disparu. Malheureusement, le courant avait été coupé, pour inhiber l’alarme, pensait-on alors.

    L’esprit de Mario vagabondait. Comment pouvait-on dans un musée qui abritait des pièces d’une telle valeur, simplement lier l’alarme au secteur. Cela ne pouvait être aussi simple, il vérifierait.

    Or, poursuivait son interlocutrice, ou plus précisément sa mono-locutrice, la salle voisine abritait « une installation ». Comme il opinait du chef, elle s’interrompit, persuadée que tout discours était devenu superflu.

    - Et plus précisément ?

    - Un mur d’images de 27 téléviseurs reliés à autant de magnétoscopes, qui diffusent en boucles des images vidéo.

    - Ah bon ? À notre époque, des magnétoscopes ? C’est curieux. Les artistes modernes n’utilisent-ils pas des techniques de leur temps ?

    - C’est qu’il s’agit là d’une œuvre ancienne de Mayerland, que nous avons reprise un peu en catastrophe, afin de lui rendre hommage.

    - Comment ça ?

    - Il l’avait créée à Genève, en 1978. L’œuvre avait beaucoup évolué au fils des années, notamment les images vidéo qu’il utilisait mais il tenait à conserver ce support particulier. C'était sa marque de fabrique...

    - Pourquoi parler de lui au passé ? Il est décédé ?

    - Oui, il a été retrouvé mort chez lui, il y a trois mois. Cette exposition est un hommage à titre posthume.

    - De quoi est-il mort ?

    - On dit qu’il aurait été assassiné durant son sommeil.

    - Ah bon ? Voilà qui est passionnant.

    Cette fois, Catherine Bahr-Meyerstraf ne put éviter une moue agacée…

    (à suivre)