Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Encore sur la route, Monsieur ?

Foule agitée, des yeux inquiets, corps qui se frôlent, exaspérés. Sans cesse, des coudes jouer.

C’est le départ.

Ou le retour.

Chassé-croisé. Vacances blanches sous la neige. Mais déjà on se presse, oubliée l’ivresse, la sérénité de ces nuits de calme que sur l’alpage on était venu chercher. La lutte reprend ses droits.

Aéroport de Cointrin, froid et cohue.

Et parmi tous ces regards qui se croisent, le mien aussi, qui cherche son chemin. Une fois de plus, me voici sur la route, ou plutôt dans les airs, bientôt.

Mais ce ne sera que pour un saut de puce, quelques minutes d’angle sur la grande carte du ciel. Des pentes du Jura, j’ai glissé vers le lac, et l’oiseau de métal, suivant la chaîne alpine, ira juste un peu vers le Sud.

Aéroport de Nice, douceur et calme.

Je vais à peine un peu plus loin...

Si au bout de la Croisette, je rencontrais ma brune, ce serait le bonheur. Hélas, je dois encore ce soir me contenter, ici à Cannes, d’un pincement au cœur…

Commentaires

  • Pourtant, baies des anges, tu devrais bien trouver ton bonheur, non ?
    Bonne nuit mon petit...

  • en fait, c'est peut-être pas une brune !!! attention, reste pas trop sous le palmier, quelque chose pourrait te tomber sur le coin du nez, et là, plus de pincement.....

  • nina : le début de ton commentaire, tu l'as piqué à Lio ?
    Et ça compte pas pour des prunes...
    (s'cuse moi KroniK)
    pfff....

  • on peut rêver et vous voir radieux monter les marches ta brune suspendue à ton bras, las elle est restée dans les frimas gexiens et le rideau est tombé.

  • on peut rêver et vous voir radieux monter les marches ta brune suspendue à ton bras, las elle est restée dans les frimas gexiens et le rideau est tombé.

  • suis sure que tu la trouveras moi !

  • Moi dis comme mp !

  • Garde précieusement ton pincement au coeur Kronik, soigne le bien, prends en bien soin...
    Parce que sais tu qu'une brune, sur la croisette, devient blonde sans crier gare ?
    Et c'est irrémédiable !
    La tienne, au froid, ne risque rien que te manquer et c'est beaucoup mieux qu'un César !

Les commentaires sont fermés.